Coucou toi, tu es tombé(e) sur mon blog, je vais donc partagez avec toi mon avis sur mes lectures. Tu découvriras mes coups de cœur et mes vidéos YouTube. J'espère que tu passeras un bon moment et que tu me donneras ton avis. Bonne lecture à toi ♡ Les lectures d'Ophechups

❧ Pour me suivre ❧

♡ Dernières chroniques littéraire ♡

Derniers articles

mardi 13 novembre 2018

Challenge Christmas Time


Challenge Christmas Time


Paquets scintillants : Lire un livre avec des paillettes sur la couverture: Le parfum de la trahison T2
Sapin traditionnel : Lire un livre avec du rouge et du doré sur la couverture:  Ash princess T1/ La couleur du menssonge T1
Noël sous la neige : Lire un livre qui se passe en hiver: Les disparus du claire de lune T2
Fête de famille : Lire un livre écrit par un collectif (au moins 3 personnes)
Fais un vœu : Lire un livre de magie Il était une fois… :Le dernier magicien T1
Lire un conte ou une réécriture de conte: Cinder
All I want for Christmas is you : Lire une romance: Geek moi
Sucre d’orge et pain d’épices : Livre où des sucreries sont présentes sur la couverture où dans l’histoire
Pull tricoté par Grand-mère : Livre un livre dont vous n’aimez pas la couverture: L’assassin de ma soeur
Renne au nez rouge : Lire un livre où un ou plusieurs animaux ont un rôle important dans l’histoire: La légende des quatre T2

samedi 10 novembre 2018

Amerigo : Récit d'une erreur historique - Stefan Zweig




L'Amérique, chacun le sait, aurait dû s'appeler Colombie. Amerigo Vespucci, qui lui donna son nom, n'avait en rien contribué à sa découverte, ni même revendiqué ce privilège. Alors, pourquoi lui ? Dans cet essai écrit en 1941 au moment où il s'installe en Amérique ? Stefan Zweig reconstitue l'enchevêtrement des circonstances, des hasards et des malentendus qui sont à l'origine de cette étrange erreur. Écrivain constamment soucieux d'élargir son horizon, il nous invite ici à voir le monde avec les yeux des hommes du XVe siècle, leurs connaissances, leurs incertitudes, leurs mœurs. Un an avant sa mort volontaire, il nous fait mesurer, aussi, l'incommensurable distance qui se creuse entre le vécu et la mémoire, entre les perceptions du présent et ce que les siècles futurs retiendront de nous...


J'ai acheté ce livre presque par hasard, au terme d'une recherche (qui s'est avérée fructueuse) sur les grands explorateurs. Bien sûr, nous connaissons tous (au moins de nom) Colomb, Vasco de Gama, Magellan, Cabral, Marco Polo, Cortès, Pizarro, Cartier, James Cook, Jean Cabot ou encore Amerigo Vespucci (j'en oublie), mais nous sommes peu à savoir exactement ce qu'ils ont réalisé et laissé dans l'Histoire. Soudainement, une question vint à moi : Les gens savent-ils pourquoi l'Amérique s'appelle ainsi ? Pourquoi Christophe Colomb, considéré (à tord ou à raison, je vous laisserai seul juge) comme le premier explorateur du Nouveau Monde, n'a-t-il pas eu l'honneur de pouvoir poser son blaze sur ces terres ? Et surtout, pourquoi est-ce M. Vespucci qui a eu cet honneur, cet homme qui n'a absolument pas découvert ce nouveau continent ? Ce mystérieux Vespucci : grand homme ou imposteur ? Ou les deux ?

Et voilà que je m'empresse d'acheter ce petit ouvrage d'à peine 120 pages, texte intégral en format poche, pour la modique somme de 4,10€ ! Bien sûr, je connais personnellement déjà les réponses à mes questions (du moins dans les grandes lignes), mais je sais que beaucoup les ignorent, alors voyons si nous pouvons combler ces manques ensemble au nom de la Culture, pour à peine 4€. Précisons qu'il s'agit d'une des nombreuses biographies de Stefan Sweig, écrivain que j'apprécie particulièrement pour son style d'écriture. J'avais déjà lu de lui l'excellent Les très riches heures de l'humanité (1927) et la biographie sur Magellan (1938) : voici donc celle sur le très mystérieux Amerigo (1944).

Alors que dire sur le contenu sans vous mâcher trop le travail ? Peut-être avec cette excellente phrase de l'auteur, qui résume parfaitement la situation : "C'est toute l'histoire d'un homme qui, sur la base d'un voyage qu'il n'a jamais fait et n'a jamais prétendu avoir fait, a obtenu la gloire insigne d'élever son prénom au rang de nom : celui qu'on a donné au quatrième continent de notre Terre."

C'est d'ailleurs toute l'introduction, ce premier chapitre d'à peine quelques pages, appelé "Amerigo", qui est pour moi excellente. J'ai en effet rarement été aussi exalté par une si courte entrée en matière, et cela est dû (je le sais) au talent d'écriture de Sweig. S'en suit une petite remise dans le contexte historique des grandes explorations de notre monde du moyen-âge aux grandes avancées de la Renaissance (Chapitre 2), et nous voici déjà bien plus cultivés qu'il y a à peine une petite heure ! Enfin nous sommes prêts à entrer dans le vif du sujet ! Et ça tombe bien, voilà que le chapitre 3, intitulé avec génie "Pour trente-deux pages, l'immortalité", nous offre son lot d'informations sur ce mystérieux Vespucci, qui sort en 1503 son Mundus Novus, minuscule ouvrage qui va avoir un immense succès et vértiablement tout changer.

"Cet inconnu, ce Vespucci, est le premier de tous les navigateurs qui sache raconter, et de manière amusante."

Cette phrase n'est pas anodine. Son récit est vivant et coloré, le public se passionne pour ces quelques pages, et voilà cet homme inconnu qui vient détrôner Colomb lui-même et le faire passer pour un has-been ! Car LUI avait compris depuis le départ qu'il ne s'agissait pas de l'Inde, contrairement à Colomb, borné dans ses convictions, qui a cru bien trop longtemps avoir atteint l'Asie. Surement son plus grand tort...

Je préfère ne pas vous en dire plus, car voici que vont s'enchaîner toutes les erreurs et les méprises de l'Histoire (Chapitre 4), qui vont nous emmener jusqu'en France, dans la petite ville de Saint-Dié-des-Vosges, là où tout s'est véritablement joué ! Oui, je sais, cela peut paraître complètement fou, mais c'est bien là que le mot Amérique est apposé sur ce nouveau continent pour la première fois sur une carte intitulée "Universalis Cosmographia" ! Wouah !!

Les chapitres 5 et 6 racontent la "bataille médiatique" entre Vespucci et Colomb (bien après leur mort), qui voit tout d'abord le dernier vivre dans l'ombre du premier (alors en pleine gloire), avant que le 17e siècle ne finisse par rétablir peu à peu la "vérité" et décrédibiliser (surement bien trop souvent à tort) Vespucci. Et si l'on regarde les manuels scolaires actuels, on peut voir un Christophe Colomb triomphant, bien loin du vrai homme qu'il était vraiment... Encore une fois, nos yeux ne décrochent pas une seconde tant le contenu est passionnant, apportant encore une fois son lot de "révélations". Mais là, comprenez bien que je ne peux pas vous en dire plus une nouvelle fois : vous devrez lire ce petit bouquin !!

Un dernier chapitre intitulé "Qui était Vespucci ?" résume l'ensemble du livre pour dresser un portrait définitif de l'explorateur florentin, qui grâce à la fraîcheur de ses maigres récits, mais surtout grâce à de multiples erreurs et méprises de l'Histoire, a donné son nom à un continent tout entier, qu'il n'a ni découvert, ni même parcouru dans son ensemble. On ne sait même pas combien de voyages il a effectué en Amérique, c'est pour vous dire ! Christophe Colomb devra se contenter d'un simple pays, la Colombie... Amerigo, lui, aura un continent tout entier !

"Aussi utilisons-nous aujourd'hui comme le seul véritable, le seul concevable, ce mot qu'un hasard aveugle se plut à imaginer par jeu, ce mot sonore, ce mot vibrant : "Amérique"."

En conclusion, je n'aurai qu'un mot à vous dire : FONCEZ ! Ne prenez pas de Mc Flurry la prochaine fois que vous irez au McDo, et avec cet argent économisé, achetez ce livre, qui remplira votre tête à défaut de votre ventre. Nous sommes pour moi face à un indispensable, qui fournit une excellente base pour en savoir plus sur tous ces grands explorateurs, et notamment ce mystérieux Vespucci, qui a gagné tout mon respect par son côté mystérieux. Vous saurez désormais pourquoi l'Amérique porte ce nom, et croyez-moi, cela vaut bien la peine de s'épargner un pourtant si délicieux Mc Flurry Oréo coulis caramel !!

  • La qualité d'écriture du texte, très fluide et très facile à lire.
  • Le prix : 4,10 €. Là, vous n'avez plus aucune excuse !
  • La qualité du contenu, très solide et tout simplement passionnant.
  • Petit (format poche), court (120 pages) et pas cher : que demander de plus ?
  • Je ne vois pas comment critiquer de manière négative un ouvrage coûtant seulement 4,10€ et pouvant combler un manque de savoir tellement important chez une personne lambda.