jeudi 23 février 2017

Le livre de Salomon- Jean-Yves Leloup

 Auteur: Jean-Yves Leloup

Editions:  Presses du Châtelet

Pages: 220

Prix: 20

Date de parution: 8 février 2017


Style:  Chronique historique


Synopsis : « Tout est poussière et retourne à la poussière. »
Pourtant, la mort n’est pas le dernier mot, et l’homme mortel n’est pas la fin de l’homme : « Tout est lumière et retourne à la lumière. »
D’un style et d’un contenu bien différents de L’Ecclésiaste (Qohelet), le Livre de Salomon s’enracine pourtant dans la même lucidité décapante : tout est illusion, buée, impermanence. Devant toute parole, il s’agit de savoir « qui » parle, d’où vient cette parole ou cette écriture, quelle est la source de son inspiration ? Proposant une nouvelle traduction et une interprétation originale de ce livre essentiel (à la charnière entre la philosophie et la Révélation, mais aussi entre le Premier et le Second Testament), Jean-Yves Leloup montre l’importance de ce texte, dont Paul de Tarse et Jean d’Éphèse se sont largement inspirés. À la suite de Salomon, archétype du sage, l’auteur nous invite à découvrir la Sagesse de la contemplation : rigueur (justice) et tendresse (miséricorde).

Mon avis : Tout d'abord, je tenais à prendre quelques lignes pour remercier la maison d'édition Presse du Châtelet, qui m'a permis de découvrir cet ouvrage. Je tiens à préciser que mon avis reste objectif, comme toujours. Il s'agit certes d'un envoi d'une maison d'édition, mais j'ai pour principe de reste objective et impartiale, par respect pour moi-même et pour l'éditeur. Maintenant que tout cela est précisé, passons à la critique :)

Autant être clair : mon but n'est pas ici de dire si ce livre m'a plu ou non, puisqu'il s'agit d'une traduction d'un texte fort ancien, et que je serai fort prétentieuse de juger un texte vieux de plusieurs millénaires. Je préfère plutôt vous dire les point forts et les points faibles de cette nouvelle approche, et voir ce qu'il faut en tirer. 

Avant toute chose, sachez que cet ouvrage fait à peine 220 pages, et que le texte en lui-même occupe à tout casser 80 pages (pour 19 petits chapitres !). L'ensemble est relativement simple à lire et aéré, avec une police plutôt grande (en plus !!). Le reste du livre est une longue interprétation du texte, chapitres par chapitres, avec en bonus, le Livre des proverbes et le Prologue de Saint-Jean dans les dernières pages.

Alors qui est Salomon ? Un des fils du légendaire roi David, qui succède à son père et devient donc roi d’Israël de 970 à 931 av JC. Tout le monde le connaît pour son célèbre jugement (Jugement de Salomon), lui qui était considéré comme le plus sage des hommes. Il bâtit aussi le temple de Jérusalem. Le Livre de la Sagesse est attribué à ce roi mythique, tout comme le Livre des proverbes, mais il faut savoir que les recherches ont bien avancées, et que l'on sait aujourd'hui que Salomon n'est ni l'auteur du premier, ni du deuxième. Tromperie dans la marchandise ? À vous de juger. Dire que cela provient de Salomon, c'est tellement plus... à vous de trouver le mot le plus adéquate 😏

Et ce texte, qu'en est-il au juste ? Après lecture, il paraît évident qu'il s'agit d'un hymne à la sagesse, parsemé de conseils d'une grande beauté. Alors je pense que l'on peut retenir ces deux mots : Sagesse et Beauté. Pour illustre mes propos, voici quelques phrases (parmi d'autres) qui m'ont fait réagir :

"La sagesse n'entre pas dans une âme qui donne le malheur"
"Nul n'échappe au Jugement"
"Une bouche calomnieuse sème la mort"
"À génération injuste, avenir violent"
"L'expérience connaît le passé et discerne l'avenir" 

WOUAH ! Magnifique !! Bon, bien sûr, tout n'est pas de cette qualité tout le long du récit, mais l'ensemble se lit vite et on ne s’ennuie pas trop. Alors oui, le texte est très intéressant. MAIS il y a un point noir vraiment dommageable, qui n'est autre que cette interprétation longue et ennuyante, qui suit le dernier chapitre. Certes, devant un texte plus complexe qu'il n'y paraît, elle est légitime et peut-être même nécessaire. Mais elle est d'un ennui mortel, et ne m'a apporté absolument rien dans ce que j'en avais compris (et ce que j'avais envie d'en comprendre). Simplement le texte, avec peut-être quelques pistes d’interprétation, n'auraient-ils pas été plus judicieux ?

Bref, si le texte et sa traduction méritent une très bonne note, la partie Interprétation fait baisser fatalement l'ensemble, et j'en suis presque désolée. Malgré tout, cet ouvrage reste vraiment intéressant, et ce texte ancestral mérité d'être lu. Pour son auteur... pour son message... et aussi pour nous.

"Ne recherchez pas la mort, ne vous éloignez pas de la Vie, n'attirez pas sur vous la ruine par les œuvres de vos mains."

"Nous sommes nés du hasard ; ensuite, nous serons comme si nous n'avions jamais été. Le souffle de nos narines n'est que fumée, notre pensée n'est qu'une étincelle dans la mécanique du cœur."

"Notre nom disparaît avec le temps. Nul ne se souvient de nos actes, notre vie s'efface comme nuage dans le ciel. Les rayons du soleil le dispersent comme la brume."

dimanche 12 février 2017

Prévision du mois de Février


On y va on baisse la PAL, ce mois-ci du coup je vais essayer de sortir 4 livres de celle-ci 

dimanche 5 février 2017

IMM&BOOK HAUL



Voici le premier IMM de l'année, il n'y en aura pas beaucoup cette année!!
Avec mon challenge pour baisser ma PAL, il faut bien que je fasse attention à mes achats 😅. Je me restreint à un livre, grand maximum deux par mois.
Achat sur 1/13 prévu dans l'année ( c'était un cadeau, donc même pas un achat perso lol)


samedi 4 février 2017

Les sorties du mois de février

Coucou voici , une petite liste des livres qui me font de l'oeil ce mois-ci.



Voici les sorties qui me tente beaucoup, à ce jour j'ai déjà tout sauf Cheeky Love ^^, donc pour mon challenge PAL je suis à 3/10 livres.

lundi 30 janvier 2017

C'est lundi que lisez-vous ?

Ce que j'ai lu la semaine passée?

 Ce que suis-je en train de lire en ce moment?

Synopsis:Yuri appartient à un clan d’éleveurs de rennes. Il vit dans un village entouré par un perpétuel blizzard. Il y a un an, son amour, Asya, a disparu dans la tempête, attirée par les hurlements hypnotiques des loups chantants. Bien que tout le monde la croie morte, le garçon espère qu’elle soit toujours en vie, quelque part, de l’autre côté du blizzard. Un jour, la sœur de Yuri, Kira, contracte un mal étrange ; son corps se couvre de glace. Pour le chaman du clan, la jeune fille est maudite par le dieu de l’hiver ; elle est bannie, et condamnée à s’enfoncer seule dans le blizzard. Mais une amie, Anastasia, rejette farouchement ce verdict surnaturel. Selon elle, il s’agit d’une maladie soignable à la capitale, par la chirurgie. Déterminés à tout tenter pour sauver Kira, Yuri et Anastasia prennent leurs traîneaux à chiens pour emmener la jeune malade à la capitale. Mais aussitôt partis à travers le blizzard, les loups les prennent en chasse.
Ce que vais-je lire ensuite?

dimanche 29 janvier 2017

La geste d'Ardashir, fils de Pabag- Frantz Grenet

 Auteur: Frantz Grenet

Editions:  A Die

Pages: 129

Prix: 20

Date de parution: 2003


Style:  Chronique historique




Synopsis : De la littérature profane des Sassanides, bien peu d’œuvres nous sont parvenues dans leur langue originelle, le pehlevi, ancêtre du persan moderne. La geste d'Ardashir, récit légendaire de la vie du fondateur, nous transporte aux origines de la dynastie, alors que celle-ci ne s'est pas encore arrachée au cadre rude des collines et des déserts du Fârs, la province où s'était élevée l'ancienne Persépolis. Ce récit demeure comme un témoin sans doute fidèle de la diction des ménestrels ruraux, non encore affectés par les clichés de la poésie de cour. En même temps, il fournit des informations à bien des égards uniques sur l'éducation des jeunes nobles, de leurs amours (souvent illicites), et aussi sur la manière dont cette aristocratie laïque vivait sa religion zoroastrienne [...]. Ce texte n'avait encore jamais été traduit en français. Le choix des illustrations vise à transporter dans l'ambiance de l'action, la province du Fârs au troisième siècle : on a retenu principalement les images authentiques du héros et les sites associés à sa carrière.


Mon avis : Parmi les ouvrages vraiment spécialisés, j'avoue être parti vraiment loin cette fois-ci ! Mais quelle trouvaille ! Quel honneur de pouvoir avoir accès à ce récit dans la langue de Molière, et de pouvoir ranger fièrement cet ouvrage parmi les autres sources historiques de l'étonnante histoire iranienne !

Laissez-moi vous en dire plus. Cet ouvrage est la seule traduction française disponible du Livre de la Geste d'Ardashir, fils de Pâbag, un récit historique et légendaire de l'époque Sassanide (224/650). Le personnage principal n'est autre qu'Ardashir Ier (224/240), le fondateur de la dynastie sassanide. Ce dernier chassera les parthes du plateau iranien en 224, pour créer le deuxième âge d'or perse des cendres du fameux empire achéménide (-550/-330). À sa mort en 240, son fils Shapur Ier lui succédera (240/272) et ne cessera d'affronter les romains sur le front occidental de son empire. Enfin, Hormizd Ier (272/273) prendra lui aussi le trône de son père à sa mort, mais n'y restera que peu de temps. Si je vous parle de ces deux autres personnes, c'est qu'elles font partie intégrante du récit ! Il s'agit donc des exploits légendaires d'Ardashir Ier, de son fils Shapur Ier et de son petit-fils Hormizd Ier. Rien que cela !
Investiture d'Ardashir Ier par le dieu Ahura Mazda
Vous n'avez rien compris ? Ce n'est pas grave. Comprenez juste qu'avant l'islamisation de l'Iran vers 650, une brillante dynastie a existé des siècles durant : les Sassanides. Et que ce récit parle de son fondateur, Ardashir Ier, ainsi que de sa lignée. Et oui, l'Iran n'a pas toujours été musulmane !

Je tenais tout d'abord à prendre quelques lignes pour souligner l'excellente édition. La couverture est belle et sobre, montrant la victoire d'Ardashir Ier à Hormizdagân en 224, sur un fond rouge du plus bel effet. Les pages sont aérées, la police d'écriture est agréable, et nous avons même le droit à plusieurs illustrations en couleur incluant une carte et un petit catalogue de l'Art sassanide. Pour couronner le tout, nous avons le droit à une excellente introduction de l'auteur, qui arrive à nous intéresser, et même (pour mon cas) à me passionner pour un texte que je ne connaissais même pas il y a quelques mois encore. Seul petit point noir subsiste selon moi : le prix. Non pas que je considère que ce livre vaut moins, mais juste que 20€ pour 129 pages, c'est un peu cher. D'autant plus que le texte en lui-même ne concerne que les pages 53 à 120, et qu'une page sur deux concerne la traduction française. Si vous avez bien suivi, le texte en français ne dure donc qu'une trentaine de pages ! Mais bon, je n'ai aucun regret, puisqu'il s'agit de la seule traduction française de cette source rare, et que cela en fait un ouvrage d'autant plus précieux dans une bibliothèque !

Et de quoi parle-t-il au juste ? Bah, c'est tout simplement le récit légendaire de la vie et de la prise du pouvoir du fondateur de la dynastie des Sassanides, Ardashir Ier. On ne peut le résumer mieux que cela ! Et bien entendu, je n'irai pas plus loin pour ne pas tout vous dévoiler sur un plateau d'argent. Sachez juste que, pour ma part, j'ai trouvé ce récit plutôt intéressant et bien écrit, bien que trop court. Mais le mot qui me reviens sans cesse est : précieux. Bien sûr, nous ne sommes pas au niveau littéraire de l'Épopée de Gilgamesh, du Livre des Rois ou encore de l'Odyssée, mais cela reste un texte d'un grand intérêt, qui s'offre à nous dans une édition de très grande qualité, et en français s'il vous plaît. Encore merci à vous M. Grenet pour ce travail proche de l'exceptionnel !

Pourquoi n'ais-je pas mis 5 étoiles après tant d'éloges ? Hélas, son prix trop excessif à mon goût fait légèrement baisser la note globale, sans pourtant entacher la grande qualité de l'ensemble. Entre 12€ et 15€, il aurait eu alors 5 étoiles.
Pièce à l'effigie d'Ardashir Ier

POINTS FORTS
- La seule traduction existante de ce texte (en français).
- Une édition vraiment réussie et attractive, avec des illustrations en couleur.
- Un texte traduit en français, avec en face, la version persane !
- Une démarche vraiment admirable.

POINTS FAIBLES
- Le prix peut-être un peu trop élevé pour un texte aussi court.
- Texte très spécialisé, qui s'adresse aux amoureux de l'Histoire, trop peu nombreux.

vendredi 27 janvier 2017

La petite sorcière - Sebastien Perez & Benjamin Lacombe

Auteur: Sébastien Perez

Illustrations: Benjamin Lacombe

Editions:  Seuil

Pages: 40

Prix: 5€90

Date de parution: 6 mai 2016


Style: Jeunesse, Fantastique

Synopsis: Alors qu'elle explore le grenier de sa grand-mère, Lisbeth découvre un étrange et poussiéreux grimoire. En tournant les pages, elle apprend que sa douce grand-mère Olga serait une sorcière. Et la petite fille n'est pas au bout de ses surprises.

Mon avis: J'aime beaucoup les illustrations de Benjamin Lacombe, et plus généralement son travail. Du coup, je me suis lancée dans cette lecture avec une certaine envie, d'autant que ce livre m'a été offert à Noel (et que la moindre des choses, c'est au moins de le lire). Autant être honnête : je ne m'attendais pas à être autant déçue du résultat. J'ai fais le choix d'une chronique rapide et peu détaillée, car le livre est très court et essentiellement illustré. Vous en faites ainsi le tour en une vingtaine de minutes grand max.

Rapidement, la couverture est (je trouve) très réussie, et m'a clairement donné envie d'ouvrir le livre. On y voit une jeune fille aux cheveux écarlates, portant un chat noir et entourée de corbeaux. Bref, tous les symboles de la sorcière par excellence ! L'ambiance un peu lugubre nous laisse penser que le livre est sombre, mais en fait, pas du tout !

Dans cette histoire, on découvre Lisbeth, qui part pour les vacances chez sa grand-mère. Rien de très alarmant en soit ! Là-bas, elle a un ami qui est amoureux d'elle, mais qui a la malchance de souffrir de bégaiement. Lisbeth a tendance à terminer toutes les phrases, ce qui a le don d'agacer tout son entourage. Un jour, le jeune homme va disparaître, et Lisbeth va se mettre alors à sa recherche, découvrant au passage qu'elle est une sorcière. Voilà en gros l'histoire. Rien de transcendant... tout comme la fin, au même niveau que l'ensemble, c'est à dire décevant... Seules les illustrations tirent leur épingle du jeu, et encore, je les trouve clairement en-dessous des autres travaux de Benjamin Lacombe. Certes, il s'agit d'un petit livre, très court et peu cher (6€), mais ce prix accessible se voit beaucoup trop dans la qualité et l’intérêt global de ce livre. On est très loin des "Amants Papillons", du mythique "Notre-Dame de Paris" ou du magnifique "Marie-Antoinette" !

En conclusion, je n'ai pas aimé ce petit livre, qui n'est clairement pas le meilleur ouvrage de Benjamin Lacombe. Il fait à peine 40 pages, et j'ai pourtant réussi à m'ennuyer. De plus, les illustrations ne sont pas transcendantes, à l'image de l'histoire et du fil directeur. Fort heureusement, le prix permet de relativiser un peu et lui sauve la vie :) Quel dommage que l'histoire soit si ennuyante et le dénouement si prévisible. Cela donne un ensemble trop léger, qui me gène un peu.

mercredi 25 janvier 2017

Bilan Week-end à 1000

Il est temps de regarder le bilan de ce week-end à 1000 😅, bon bah je n'ai pas réussi à très peu de page prêt, mais je n'étais pas trop motivé. Soit un résultat de 922 pages.
Jour 1: 548 pages avec 3 mangas

Jour 2: Charme T2 avec 255 pages 

Au bout du deuxième jour j'étais à 803 pages.  Charme fut une réelle déception, mais je m'en doutais bien avec pour premier tome Poison, je pouvais pas être plus déçue.

Jour 3: 119 pages avec Les perles des urgences
« Pourquoi est-ce que je ne tombe pas enceinte ? » (madame prend la pilule), « L’enfant que je porte peut-il tomber enceint si je fais l’amour ? »… Ce livre est très drôle, il y a des témoignages de médecins, d’infirmiers, mais aussi extraits de forums sexo-santé, avec des radios.

samedi 21 janvier 2017

Les contes des royaumes T2: Charme - Sarah Pinborough

 Auteur: Sarah Pinborough

Editions: Milady

Pages255

Prix: 12€90

Date de parution: 18 avril 2014


Style: Conte, Romance

Synopsis: Rappelez-vous les horribles belles-soeurs, le carrosse magique, le bal enchanté, la pantoufle de verre et l’éternel amour né au premier regard… et à présent, ouvrez ce livre et plongez dans la véritable histoire de Cendrillon, telle qu’elle n’a jamais été révélée… Cendrillon, le conte de fées revisité : cruel, savoureux, et tout en séduction.

Mon avis Comme vous le savez peut-être, j'ai stoppé la saga Des contes des royaumes après avoir lu Poison (le tome 1). Mais pourquoi donc ?? Parce que mettre des scènes de sexe dans une réécriture de conte, alors ça non merci !! Quel intérêt ? Qu'est ce que cela apporte ?
En plus, l'histoire n'était clairement à la hauteur de mes espérances ! Pour vous dire, je n'ai retenu du tome 1 que les phrases choquantes. L'histoire ? Humm... Je ne m'en rappelle plus !😣
La question est donc la suivante : pourquoi entamer le tome 2, si le tome 1 ne m'a franchement pas laissé un bon souvenir ? Pour plusieurs raisons. Déjà, parce que j'ai tous les tomes dans ma bibliothèque (et oui, je me suis faite avoir par les couvertures magnifiques). Enfin, parce que j'en ai marre de ne jamais finir mes sagas ! lol 
Je me suis donc laissé plus de deux ans avant de lire la suite (le temps de digérer la déception...), avec l'objectif d'enfin terminer cette maudite saga avant la fin de l'année 2017 😆

Retour rapide sur le tome 1:



Note: 1/5
Nombre de page: 242


Résumé: Après la mort de la reine, le roi s'est remarié à une jeune femme de 24 ans, d'une beauté déroutante. C'est une dame, blonde avec de beaux yeux, bref, tout l'opposé de Blanche-Neige, Le roi part en guerre pendant un bon bout de temps, et la reine en profite pour prendre les pleins pouvoir sur le royaume. Elle veut à tout prix se débarrasser de Blanche-Neige afin d'être la plus belle du royaume, quitte à en devenir la plus détestée.


Passons enfin au livre en lui même et voyons un peu sa couverture : elle est très jolie (c'est d'ailleurs pour cela que j'ai acheté la série entière), et nous indique clairement le sujet. On sait qu'il s'agit d'une réécriture du conte de Cendrillon car on retrouve sa fameuse pantoufle de verre (bien qu'ici il s'agisse d'une pantoufle de diamant, allez savoir pourquoi). Le tout est en hardback, mon format préféré, donc rien à dire de mal sur ce sujet (si ce n'est juste que c'est un leurre, un hameçon que dis-je une duperie !).

Parlons à présent de l'histoire et des personnages. On découvre Cendrillon, qui a 20 ans, et qui vit avec son père, sa belle-mère et ses belles-sœurs (Ivy et Rose). La différence avec le conte est que sa belle-mère à quitter son statut de comtesse pour se mettre avec son amant qui se trouve être le père de Cendrillon. À ce moment précis, il est veuf, mais à avouer à sa fille qu'il aurait quitter sa mère pour cette femme dans tous les cas (l'élégance même...). Pour cette amourette, la belle-mère a été bannie de la haute société et a couvert sa famille de disgrâce autant que de honte. Il faut dire que se remarier avec un pauvre comptable du peuple (alors qu'elle était déjà mariée !) n'est pas une chose à faire dans cette sphère ! Les belle-sœurs, elles, sont loin du cliché classique, méchantes et médisantes. Ivy est mariée à un comte et ne vit donc pas avec Cendrillon. Il ne reste que Rose, qui se fait tout le temps critiquer par Cendrillon et qui doit répondre aux caprices constants de sa mère.

"Elle doit être folle si elle imagine qu'un homme aussi merveilleux que le prince pourrait envisager d'épouser une grosse dondon telle que Rose."

Rose vit sous la pression constante de sa mère, qui veut revivre sa jeunesse et remonter dans la haute société par le biais de sa fille. Ce qui est étrange, c'est qu'ici, c'est Cendrillon qui maltraite et rabaisse constamment Rose, agissant comme une petite fille gâtée. Cela est très déroutant quand on connait l'histoire classique, d'autant plus que Cendrillon a perdu toutes ses qualités qui faisaient d'elle une femme parfaite et un peu naïve, pour devenir ici exécrable, imbue d'elle-même, égoïste, sans cervelle, obsédée, et même perverse ! Impossible de s'attacher à une personne comme celle-là, même si elle s'appelle Cendrillon ! Là on est plus dans la réécriture de conte, on est carrément dans le détournement d'histoire !

Voici une petit résumé des caractères des personnages :
Cendrillon est une nympho, imbue d'elle même, bourrée de défauts horribles. 
Son père ne sert strictement à rien, ne se préoccupant pas de sa fille. Il préfère s'enfermer dans l'écriture de son roman.
Sa belle-mère vit dans la luxure et passe son temps à se plaindre 24h/24, regrettant son ancienne vie.
Le prince est un pur idiot.
Rose est un pantin pathétique, qui se coupe l'orteil pour rentrer dans la pantoufle....
Bref, une belle brochette de bras cassés ! 

Revenons à l'histoire. Les choses peuvent aller jusqu'à cette page 32, point de départ de mon véritable cauchemar de lecture, dans le même esprit que Poison. Les scènes de sexe arrivent et s'incrustent dans une histoire où elles n'ont vraiment pas leur place ! Cela devient dégoûtant, mais aussi gênant... La seule question qui est venue à mon esprit : Pourquoi ? Dîtes-moi ce que tout ça peut bien apporter ? Je ne vois pas le rapport avec le conte d'origine, ni même l’intérêt de cette démarche de vouloir tout révolutionner. Provoquer ? Les personnages sont pervers, complètement obsédés par le sexe et atteints de tous les vices de ce monde. Une vraie décadence ! Vous avez dit "Excitant" ? Moi je dis "Écœurant" !

Je ne sais pas si l'auteur est frustrée ou perverse de base, mais je commence à me poser sérieusement la question..😕😶. Quel plaisir y a-t-il à partir dans ce genre d'extrêmes sur un conte au départ populaire ? Quel est l’intérêt de changer toute l'histoire ainsi que tous les personnages ? Je suis franchement choquée, car je me dis qu'une petite fille peut très bien acheter ce livre, attirée comme moi par une couverture vraiment réussie. Lire ce genre de scène (avec tous ces détails) peut traumatiser les plus jeunes. Pour ma part, c'était plutôt de l'exaspération...

Donc vous l'aurez compris, la lecture a encore été une catastrophe pour moi, avec une réelle impression d'avoir tout simplement perdu quelques heures de ma vie. Sarah Pinborough ruine les contes de notre jeunesse ! Et le pire, c'est que je n'en vois strictement AUCUN intérêt. La démarche est inutile, et le résultat est stérile. Entre les pervers, les cannibales (car oui, on a même le droit à un petit feat avec Hansel et Gretel en mode cannibalisme !!!), les violeurs, les tueurs (et j'en passe)... Je ne sais pas quoi dire d'autre tant je suis exaspérée. Autant arrêter là !

Je ne recommande pas du tout ce roman, même s'il est mieux écrit que le tome 1 dans l'ensemble. Il ne répond pas du tout à cette promesse faite : "Cendrillon le conte de fées revisité: cruel, savoureux et tout en séduction [...] Ouvrez ce livre et plongez-vous dans la véritable histoire de Cendrillon, telle qu'elle n'a jamais été révélée..."

On est à la limite du mensonge et du vol...


vendredi 20 janvier 2017

Week-end à 1000: Jour 1


Aujourd'hui premier jour du challenge, je n'ai pas vraiment eu le temps de commencer un roman du coup je me suis lancé dans les mangas 😏

Voici mon bilan du premier jour soit: 548 pages

La porte du ciel - Dominique Fortier

 Auteur: Dominique Fortier

Editions:  Les escales

Pages256

Prix: 15€

Date de parution: 5 janvier 2017


Style:  Historique

Synopsis: Au cœur de la Louisiane et de ses plantations de coton, deux fillettes grandissent ensemble. Tout les oppose. Eleanor est blanche, fille de médecin ; Eve est mulâtre, fille d'esclave. Elles sont l'ombre l'une de l'autre, soumises à un destin qu'aucune des deux n'a choisi. Dans leur vie, il y aura des murmures, des désirs interdits, des chemins de traverse. Tout près, surtout, il y aura la clameur d'une guerre où des hommes affrontent leurs frères sous deux bannières étoilées. Plus loin, dans l'Alabama, des femmes passent leur vie à coudre. Elles assemblent des bouts de tissu, Pénélopes modernes qui attendent le retour des maris, des pères, des fils partis combattre. Leurs courtepointes sont à l'image des Etats-Unis : un ensemble de morceaux tenus par un fil – celui de la couture, celui de l'écriture.

Mon avis: Tout d'abord, je tenais à remercier Babelio de m'avoir sélectionné afin que je puisse découvrir l'univers de cet auteur, mais également de pouvoir rencontrer ce dernier en personne. Hélas, le jour de la rencontre, l'auteur était malade et c'est donc l'éditrice qui s'est chargée de nous présenter le livre ainsi que son ressenti sur ce dernier. Je tiens à préciser que mon avis reste objectif, comme toujours. Il s'agit certes d'un envoi d'une maison d'édition, mais j'ai pour principe de rester objective et impartiale, par respect pour moi-même et pour l'éditeur. Maintenant que tout cela est précisé, passons à la critique :)

Parlons tout d'abord un peu de la couverture, car cette dernière joue chez moi un rôle primordial dans un acte d'achat et mon envie de lire un ouvrage. On y voit une photo portrait ancienne d’Ève, qui m'a tout de suite parlé. Pourquoi ? Parce que l'on sent tout de suite que l'on parle d'une époque sombre de la population noire d'Amérique, avec le racisme quotidien et l'esclavage. Rien qu'en regardant cette photo, et sans lire une ligne du synopsis, j'avais déjà cadré le contexte de l'histoire tant la photo est forte, avec cette noire en vêtement d'époque ! Après lecture du synopsis, on apprend qu’Ève est une métisse, non une noire... Étant moi-même métisse, je dois avouer la trouver étrangement foncée, qui plus est avec des cheveux grainés et aucun signe visible de métissage. Humm.... Ce n'est peut-être alors pas elle. Enfin bref ! Une couverture très sobre mais très puissante, qui fait parfaitement son job !

Passons à l'histoire, dès le début, le contraste entre Ève et Eleanor nous frappe. Eléanor McCoy est une jeune fille blanche de bonne famille, dont le père est médecin. Ce dernier a tendance à se préoccuper énormément du sort des autres, que ce soit des êtres humains ou des animaux. Lors d'une consultation un jour dans un plantation de coton de Louisiane, il aperçoit cette jeune fille qui est sur le point de se faire battre, car elle essaye de s'échapper de la plantation afin de rejoindre sa famille vendue quelques temps auparavant. Ému, le médecin décide de l’acheter (Arg...) afin de payer sa liberté. Mais est-elle vraiment libre ? Il va la loger sous son toit, lui donner une meilleure condition de  vie (de vrais vêtements, une hygiène de vie, manger à sa faim,...), et l'élevée au côté d'Eleanor, ce qui n'est pas commun dans le contexte de l'époque.

D'ailleurs, en parlant de contexte, il faut savoir que le livre se passe durant la guerre de Sécession (1861-1865), au moment donc d'un affrontement terrible entre le nord des États-Unis et le sud. Les conséquences de cette guerre vont concerner directement les noirs d'Amérique avec l'abolition de l'esclavage en toile de fond. Logique donc de retrouver dans ce livre quelques noms célèbres, comme celui d'Abraham Lincoln (1809-1865).  


« Mais il faut que je vous explique, peut-être : certaines choses sont de notoriété publique :

Par exemple, le fruit de l’union d’un âne et d’une jument est un mulet, tandis qu’une ânesse et un cheval donnent un bardot.


Par exemple, le basilic naît de l’accouplement de deux coqs, dont on donne les œufs à couver à des crapauds Il en sort des poussins auxquels poussent au bout d’une semaine des queues de serpent.

Par exemple, l’enfant d’un homme blanc et d’une femme noire est un mulâtre ou une mulâtresse.

Si cette mulâtresse a à son tour un enfant avec un Noir, cet enfant est dit noir et l’on n’en parle plus. Le sang noir a pour ainsi dire eu raison du blanc, l’effaçant, le noyant, le dissolvant à jamais. Si par contre une mulâtresse a un enfant avec un Blanc, l’enfant est qualifié de « quarteron ». Une femme quarteronne et un homme blanc produisent un mustee; une femme mustee et un Blanc, un mustee-fino. »

Les personnages d’Ève et Eléanor vont donc grandir ensemble. Au début, Ève est très sauvage, mais vu comment elle a été élevée, personne ne peut lui en vouloir. Mais sa condition va s'améliorer petit à petit, et elle va beaucoup apprendre auprès d'Eleanor. Hélas, en public, tout vient lui rappeler sa couleur de peau et son "rang" inférieur. En effet, à l'église, elle doit aller au dernier rang avec les domestiques, faire la vaisselle après manger, ou encore suivre Éleanor comme une bonne qui suit sa maîtresse lors du mariage de cette dernière. 

« Il ne vous avait pas échappé, sans doute, qu’Ève avait un statut mal défini. On ne lui demandait pas de frotter les planchers, mais jamais il ne serait venu à l’esprit de quiconque de l’inviter à s’asseoir à table quand il y avait du monde à la maison. Elle prenait tous les jours le thé avec Eleanor, dont elle partageait les jeux, mais, après que son amie se fut tamponné les lèvres, Ève rapportait les tasses à la cuisine pour les laver. »

" Ce mot de liberté et ses frères - égalité, émancipation, union - étaient des osselets qu'on secoue dans sa main avant de les jeter par terre, où ils formaient des amoncellements précaires. La bouche qui y mordait n'était point rassasiée; ils ne protégeaient pas de la pluie, ni du soleil ni, à plus forte raison, du fouet ou de la guerre."

Une couverture intéressante, une histoire qui me parle... mais pourquoi ais-je donc mis seulement deux étoiles à ce livre ? Pour plusieurs raisons, qui ont fait de ma lecture une véritable corvée ! La première, et non des moindres, c'est que je n'ai absolument pas accroché à la plume de l'auteur, ni même à l'histoire globale du roman. De plus, les passages descriptifs sont vraiment trop présents et alourdissent beaucoup trop le récit selon moi. L'ouvrage ne fait que 256 pages, et pourtant il m'a paru interminable ! Rien qu'à partir de 140 pages, j'ai dû me forcer à continuer plusieurs fois pour ne pas refermer le livre et le ranger. En fait, je ne sais pas comment vous le dire, mais on dirait qu'il n'y a pas vraiment d'histoire, et s'il y en a une, alors je l'ai trouvée trop peu exploitée. Pas d'histoire d'amour impossible, pas de combat idéologique, pas d'intrigue passionnante : en fait, on ne fait que suivre la vie des gens à travers des événements. Dommage ! Je ne dirais rien des nombreux passages historiques puisqu'ils ont toute leur place dans le récit, mais ce livre manque cruellement d'action et d'intrigue. Et pour son intérêt, cela est une véritable balle dans le pied !

Je dois vous le confesser : je n'ai pas pu le lire d'une seule traite. J'ai posé ce roman plusieurs fois pour m'aérer la tête et lui donner une autre chance, mais l'envie de le reprendre ne venait jamais, alors je me suis forcée pour honorer ma chronique. Soyons clairs : je ne me permettrai jamais de critiquer la plume d'un auteur, mais celle-ci n'était simplement pas faite pour moi. D'autres personnes aimeront ce que je n'ai pas aimé, cela est une certitude. Mais je ne peux pas donner une bonne note à ce roman par respect pour la maison d'édition et tous ceux qui viendront lire cette chronique. Dommage !

En conclusion, vous l'aurez compris, ce roman a été pour moi une déception, même une très grande déception pour être complète dans mon jugement. Peut-être en ais-je trop attendu en me fiant à la couverture et au contexte de l'histoire bien plus qu'au contenu. Mais une chose est sure : je n'ai clairement pas retrouvé ce que j'attendais ! Certes, il y a des passages intéressants et poignants (notamment sur les esclaves), mais ce n'est pas assez pour me faire changer d'avis. 


mercredi 18 janvier 2017

Challenges 2017

Comme pour vous je pense que vous vous faites des challenges tout au long de l'année, pour ma part cette année je vais m'y tenir à 100%, surtout que normalement j'aurais le temps de tout réaliser, enfin je l'espère 😅.
Donc je vais vous faire un petit résumé de tout les challenges pour cette nouvelle année 😁

Mon challenge chouchou depuis deux ans. Le but étant sur une période de 1 an, de lire le nombre de livre qu'on c'est nous même fixé. J'ai réussi ma deux derniers challenges, mais cette année j'ai décidé de faire une PAL de 90 livres à la place de 100/130. 

Comme vous le savez je me suis lancé un gros défi cette année, qui est de baisser ma pal au maximum, pour ce faire je vais faire ce challenge. 
Mon but est de faire baisser ma PAL, mais surtout de finir toutes les séries que j'ai commencé et jamais fini 😅. Pour ce faire je n'ai le droit d'acheter que 13 livres cette année et je dois finir les séries qui se trouve dans mon challenge.

Comme chaque année je participe à ce challenge, il permet de lire de gros livre et être en mode cocooning. Nous sortons de notre PAL, les livres en rapport avec l'hiver et les lisons tranquillement.  Ce challenge dure deux mois en tout, cette année il se termine le 31 janvier 2017. Le but est de lire minimum deux livres de notre PAL en rapport avec le thème choisi.

Ce challenge se présente en 80 catégories, le but étant de lire au moins 20 catégories sur l'ensemble. Il dure un an. 

Le principe est simple, il faut se fixer un nombre de page à atteindre d'ici la fin de l'année et s'y tenir.

WEEK END A MILLE

mardi 17 janvier 2017

Week-end à 1000 n°1 en 2017


Lors d'un week-end - en général du vendredi soir à partir de 19h, jusqu'au dimanche à minuit - les challengers devront ménager leur temps de lecture dans le but de lire 1000 pages. Les comptes se font donc à minuit, le dimanche, lorsque le challenge est enfin terminé. C'est très souvent un week-end intense que nous passons la tête dans les bouquins, mais c'est aussi un grand moment de partage et de soutien, un week-end où l'on se rassemble autour d'une passion commune : la lecture.

Mon planning pour ce week-end: soit 1055 pages 
La rose blanche T2: 395pages
Les étoiles de Noss Head T1: 338 pages
The revolution of Ivy T2: 322 pages

Le but étant de finir mes sagas, je vais pouvoir donc m'y atteler avec se challenge 😁😁😁😁
Il me permettra de faire avancer mon challenge vide ta PAL. Je vais surement aussi rajouter un ou deux mangas entre chaque lecture pour ne pas trop me fatiguer.

Si j'ai le temps je lirais: Un braise sous la cendre T1 et le tome 2 du feu secret
Jour n°1:
548 pages avec trois mangas
Lovely fridays T4
He is the beast T11
Liarprince & Fake girlfriend T3

Jour n°2:
Les contes des royaumes T2: Charme