dimanche 12 juin 2016

Susan Hopper : Les forces fantômes T2 - Anne Plichota et Cendrine Wolf

Auteur: Anne Plichota & Cendrine Wolf

Editions:  XO Jeunesse

Pages331

Prix16€90

Date de parution: 21 avril  2016

Style: Jeunesse, Fantastique


Synopsis: Après des années passées dans l'orphelinat des Highlands en écosse, Susan goûte enfin au bonheur d'être accueillie par Helen Hopper, la femme au parfum perdu.
Très vite, pourtant, le passé revient la hanter. Douze de ses aïeux démoniaques se sont installés non loin du manoir des Hopper, bien décidés à réveiller la malédiction qui pèse sur elle. ils ont laissé Eliot, le fils des Hopper, dont elle est follement amoureuse, entre la vie et la mort.
Dans sa lutte contre les puissances du mal, Susan peut compter sur la bienveillance d'Alfred, le grand-père fou au cœur tendre, et de Georgette, sa chienne facétieuse.
Malgré la malédiction et ses conséquences effroyables, elle veut devenir Susan Hopper...

Mon avis: Tout d'abord, je tenais à prendre quelques lignes pour remercier Livraddict, la maison d'édition, mais aussi l'auteur lui-même pour m'avoir permis de découvrir cet ouvrage. Je tiens à préciser que mon avis reste objectif, comme toujours. Il s'agit certes d'un envoi d'une maison d'édition, mais j'ai pour principe de reste objective et impartiale, par respect pour moi-même et pour l'éditeur. Maintenant que tout cela est précisé, passons à la critique :)

Tout d'abord, sachez que cette saga est une duologie, et que cet ouvrage est le Tome 2, donc fort logiquement le dernier de la saga. Il a été particulièrement attendu, d'autant plus que le premier tome date de 2013 ! Soit 3 ans entre les deux tomes !


Résumé du tome 1:  Susan Hopper. Une héroïne aussi originale qu’attachante, un manoir hanté en Ecosse, des personnages loufoques ou inquiétants, un mystère à résoudre, c’est le nouveau cocktail imaginé par les reines du fantastique. Susan a trois ans lorsqu’elle perd ses parents au cours d’un terrible incendie. Pendant dix ans, elle va vivre en orphelinat et en famille d’accueil : un échec. Jusqu’à ce qu’elle fasse la rencontre de la famille Hopper. Avec Eliot, quinze ans, souffrant de la « maladie de la Lune », un fort attachement va naître, renforcé par d’étranges expériences nocturnes. Car, dès son arrivée au manoir des Hopper, Susan fait des rêves dans lesquels elle entraîne Eliot, son grand-père Alfred et la petite chienne Georget. Tous les quatre se retrouvent très vite au cœur d’un lourd secret, fondé sur une malédiction qui les plonge dans les abysses de l’histoire de Susan, dans un ailleurs où se côtoient les morts-vivants, les fantômes et les âmes errantes…

Mais bon, je ne suis pas là pour parler du tome 1. Je vais essayer de chroniquer ce deuxième opus et vous en parler sans aucun spoil. Promis ! ^^

Il faut savoir que c'est avec beaucoup de plaisir que je me suis plongée dans cette suite, grâce notamment à la fin haletante du premier opus. Mais ne vous inquiétez pas : il n'est pas spécialement gênant de commencer par celui-ci pour la compréhension de l'histoire, car l'auteur a eu la bonne idée de faire un rappel du tome précédent au début du livre. Donc pas gênant, certes, mais tout de même un peu dommage selon moi.

Bon ! Parlons un peu de la couverture: On retrouve ici le côté un peu sombre du roman, avec une forêt lugubre qui contraste totalement avec la vivacité des couleurs des feuilles balayées par un vent fougueux. Au centre, on retrouve Susan et Eliot, les personnages principaux. Je ne sais pas pourquoi, mais j'adore cette couverture, que je trouve très contrastée et comme imbibée de surnaturel. Le bleu de la nuit se mélange parfaitement avec le rouge sang des feuilles, et forme un tout qui annonce quelque chose de moins sombre que le précédent opus, qui jouit lui d'une couverture particulièrement macabre et inquiétante (voir juste au-dessus). Donc un excellent point pour la couverture, très réussie à mon gout.

L'histoire: On retrouve fort logiquement Eliot, Susan et  Alfred, qui sont les seuls au courant de la malédiction qui pèse sur leur famille. Ils sont particulièrement sollicités au fil des pages pour pallier aux attaques qui leur tombent dessus, les ancêtres de Susan n'ayant pas dit leur dernier mot. Par dessus tout, ils doivent à tout prix cacher la vérité à Hélène, afin que cette dernière adopte enfin Susan. Hélas, il est de plus en plus ardu pour eux de dissimuler son passé et tous les actes étranges qui se déroulent autour d'elle.

" Pourquoi me faire ça, papa? J'allais, être heureuse pour la première fois de ma vie, les Hopper étaient en train de commencer à m'aimer, ils allaient m'aimer...Et toi, tu débarques avec cette malédiction, tu cherches à ce que je meurs pour satisfaire le délire d'une hystérique mégalo et égocentrique... C'est crue! Injuste! Dégueulasse"

" Moi, je ne suis que la chair d'un démon qui a juré ma mort. La fille du diable." 

Susan se voit obligée de mentir constamment sur ce qui se passe, et doit faire diversion pour ne pas être soupçonnée. Cela avait de quoi faire une excellente histoire, mais au fil des pages, quelque chose finit par me déranger. Les démons sont bien là et la menacent dans son école ou dans la rue. Mais cela aurait pu être bien plus poussé selon moi ! Car au final, rien de bien méchant. Peu de stress, peu d'épouvante, peu de suspense et surtout, peu d'actions !

 "Je viens de tuer un de mes douze aïeux, qui a juré de me pousser à mort, alors là je suis un peu terrifiée". 

Bref, on reste sur notre faim, du début à la fin. Et fin incluse ! Tout semble comme précipité, peu poussé, à un point où je me suis même ennuyée ! C'est tellement dommage... Je m'attendais à des fantômes bien plus virulents, vicieux, et à des scènes d'actions vraiment intenses se rapprochant des vraies scènes d'épouvante ! Alors peut-être est-ce volontaire de la part de l'auteur par rapport à son lectorat de prédilection, ce que, avec le recul, je peux comprendre. Cela ne peut être que ça !

Malgré tout, rien à dire sur la qualité d'écriture de l'auteur. Les pages sont agréables et fluides, la police est assez grosse, et les mots simples. Le seul problème majeur réside selon moi dans le manque d'action et d'intensité, façonnant ainsi une histoire très orientée "jeunesse", peut-être un peu trop. Non, non, cela n'est pas un gros mot, je vous rassure, c'est juste que les codes et les recettes ne sont pas les mêmes selon le lectorat ciblé. Et sur moi, forcément, cela prend moins.

En conclusion, comme vous l'aurez compris, ce livre se lit plutôt bien (finit en une journée) et demeure très axé "jeunesse". Hélas, quand je dis cela, c'est avec une pointe de déception parce que je suis obligé de dire que je me suis un peu ennuyée au fil des pages. Il ne se passe pas grand chose, et cela est la principale critique que je pourrai en faire. J'ai beaucoup aimé le développement de la relation mère-fille entre Susan et Hélène, mais il prend selon moi beaucoup trop de place, au détriment de l'intrigue. 
Clairement, et je le dis sans méchanceté, ce deuxième tome n'est pas à la hauteur du premier. Mais malgré tout, je trouve cette duologie intéressante et vraiment pas mal globalement. Elle mérite d'être lue, ne vous inquiétez pas ! A conseiller sans problème à un lectorat ado :)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire