jeudi 8 février 2018

Viracocha, le père du Soleil Inca- Carmen Bernand

 Auteur: Carmen Bernand

Pages: 189

Editions: Larousse

Date de sortie: 14 mai  2008

Prix: 17,25€


Synopsis: Aux conquistadores qui le découvrent, le monde andin présente, sans pour autant les dévoiler, ses rites et ses idoles étranges - anciennes divinités que les missionnaires espagnols ne tardent pas à diaboliser tout en cherchant à en percer l'énigmatique sens. Parmi ces figures, un Créateur tout-puissant, que l'on vénère dans le temple du Soleil, près du lac Titicaca : Viracocha. Un être fabuleux, surgi, pour certains, du lac sacré, et qui prend des formes diverses, " écume de la mer ", père du Soleil ou Maître resplendissant de la montagne d'où sont sortis les peuples - et même incarnation d'un apôtre chrétien ! En s'appuyant sur les témoignages des chroniqueurs du XVIe siècle, le récit entraîne le lecteur dans un périple plein de rebondissements sur les chemins de l'ancien empire inca. Une quête aux sources de la légende, pour débusquer, à travers maints exemples d'avatars anciens, coloniaux et modernes, les métamorphoses du vénérable dieu aux Sceptres.
Mon avis: Il est inconfortable de mal noté un ouvrage dont on respecte pourtant la démarche. C'est exactement ce que j'ai été forcé de faire en lisant cet ouvrage, appartenant pourtant à l'excellente collection "Dieux, mythes et héros" de l'éditeur Larousse. Je m'explique : je restais sur une très bonne impression du "Odin et Thor, dieux des Vikings" de Jean Renaud, dans la même collection, subjuguée par ce mélange savamment dosé de mythes romancés mettant un point d'honneur à respecter les textes sacrés. Cela réchauffe des textes souvent froids et parfois confus, donnant au lecteur lambda une vision beaucoup plus vivante des anciens mythes. J'ai donc naturellement été tenté par cet ouvrage, narrant de coup-ci les mythes Incas, plus précisément ceux concernant le dieu Viracocha. Un prix abordable, un nombre de pages pas trop abusé, et une certaine Carmen Bernand à la baguette, grande spécialiste française de l'Amérique latine et de son histoire : cela ne pouvait pour moi mener qu'à quelque chose de bon !

Alors pourquoi n'ais-je pas aimer ce livre ? Tout d'abord parce que, ayant déjà une certaine connaissance de l'histoire et des mythes incas, je n'ai strictement (mais alors là strictement) rien appris de nouveau. Il s'agit donc très clairement d'un ouvrage pour découvrir, non pour apprendre ou se perfectionner.
Deuxièmement (et c'est un point déterminant), les mythes incas sont déjà très compliqués à synthétiser et demeurent à mes yeux assez pauvres. En effet, nous ne disposons que de sources écrites par les espagnols conquérants ou des métisses qui n'ont jamais vécu durant l'âge d'or des empereurs incas. L'influence chrétienne et la volonté de détruire toute idolâtrie a abîmé (pour ne pas dire complètement déformé) cette mythologie. Alors quand on en vient à parler des mythes orientés autour de Viracocha, cela est comme s'embourber dans un marécage sans fond. Au final, on y comprend pas grand chose et on a qu'une seule envie : voir ce que les textes disent à ce sujet plutôt que de passer par ce livre.
Enfin, et je suis obligé d'en parler : ça part dans tout les sens ! Là, il ne s'agit que d'un ressenti purement personnel, mais l'on parcourt tout l'empire inca en 160 pages, ça parle de Viracocha, de huacas, de Huari, de Tiahuanaco, de Cuzco, de Chan-chan, du "dieu aux sceptres", des derniers empereurs rebelles, de Guaman Poma de Ayala, de différents chroniqueurs, de Pachacamac, ... Bref, les deux personnages créés pour l'occasion, Isabel et Francisco, vont partout et voit tout ! Et nous ? Bah, on doit suivre comme on peut. Bon, pour moi, ça a été, mais je me mets à la place d'un lecteur néophyte...

Un bon point malgré tout pour certaines descriptions qui m'ont beaucoup plus, avec un lexique qui respire l'époque inca. Si l'on désire voyager et découvrir, alors ce livre est surement fait pour vous. Par contre, si voulez comme moi perfectionner des connaissances, abstenez-vous et passez à autre chose.

Pour conclure, ais-je aimer ce livre ? Non, pas trop. Ais-je aimé la démarche ? Oui, parce qu'elle va dans le bon sens : faire découvrir et aimer les mythes incas (vraiment pas faciles d'accès pour un débutant) au plus grand nombre. La base de travail n'était pas du tout simple, et il n'y a pas eu de miracle. Dommage !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire