dimanche 2 octobre 2016

Le temps des espoirs- Amy Bloom

 Auteur: Amy Bloom

Editions:  Terra Nova

Pages426

Prix20€

Date de parution: 15 juin 2016

Style:  Historique


SynopsisUn jour, Eva et Iris découvrent par hasard qu’elles sont demi-sœurs et que leur père a entretenu en secret deux familles. Le choc fait voler leur passé en éclats. Pour trouver un nouveau sens à leurs vies, elles décident, ensemble, de partir à l’aventure. Iris ambitionne de faire du cinéma, tandis qu’Eva veut simplement profiter pleinement de ce que peut offrir la vie. Dans l’Amérique des années 40, les deux demi-sœurs refont le monde à Hollywood, dans les clubs de jazz de New York et les riches demeures de Long Island. Au fil des rencontres, elles partagent tout et font l’apprentissage d’une nouvelle vie, entre leurs aspirations, les scandales, les trahisons, et la guerre. Avec toujours une conviction : malgré l’absurdité et la fragilité de l’existence, tout finit toujours par aller mieux…

Mon avis : Tout d'abord, je tenais à prendre quelques lignes pour remercier la maison d'édition City, qui m'a permis de découvrir cet ouvrage. Je tiens à préciser que mon avis reste objectif, comme toujours. Il s'agit certes d'un envoi d'une maison d'édition, mais j'ai pour principe de reste objective et impartiale, par respect pour moi-même et pour l'éditeur. Maintenant que tout cela est précisé, passons à la critique :)

Avant de parler du contenu, il est de coutume de regarder un peu le contenant, car un bon produit excelle dans ces deux parties. La couverture est très simple, peut-être trop à mon goût, avec une simple photo d'une femme vu de dos levant les bras, la jupe effleurée par le vent. Sûrement un signe de liberté féminine, mais je ne trouve pas qu'elle réponde au résumé un peu plus haut. Même pas du tout... Bref, je ne la trouve vraiment pas attirante, sans être moche pour autant. Une première approche plus que moyenne.

En lisant la quatrième de couverture, particulièrement réussie, j'ai été interpellé, mais dans le bon sens du terme. Je vous avoue que j'avais tellement envie de le lire. Mais pourquoi donc ?  Le fait d'apprendre que les deux personnages principaux sont deux demi-sœurs qui ne connaissent pas l'existence de l'autre m'intriguait beaucoup. Mais malheureusement, dès le premier chapitre, ce qui m'avait donné envie est parti en fumée... Je vais vous expliquer tout cela durant ma chronique.

L'histoire de ce livre se passe entre 1939 et 1949, dans un contexte donc assez difficile de guerre mondiale. Elle est séparée en plusieurs parties, plus précisément trois : la première de 1939 à 1943 (on rencontre les personnages, qui ont entre 12 et 16 ans), la seconde de 1943 à 1945, la troisième de 1945 à 1949 (on quitte les personnages quand elles ont 21 et 25 ans). Bon, tout cela n'augure que de bonnes choses, et pourtant, le drame est arrivé...

Dès le premier chapitre (les 12 premières pages), l'intrigue de la 4ème de couverture est bâclée ! Vous allez me dire : "Comment ça, bâclée ?" Bah oui, bâclée, je n'ai pas d'autres mots ! C'est très simple. Douze petites pages suffisent pour que l'on apprenne comment se rencontre les deux jeunes filles (Eva & Iris) et comment elles vont vivre l'annonce que leur père menait une double vie. C'est beaucoup trop rapide selon moi, puisqu'il s'agit de l'intrigue même, ce qui doit amener une certaine tension, un moment critique, et ce qui doit être l'élément déclencheur ! Son père fait croire à Iris qu'Eva est une fille d'une amie, mais lorsque la mère de celle-ci décide de partir en lui laissant la valise de la jeune fille, il n'a pas d'autre choix que de dire la vérité, lui balançant à la figure, quelques pages seulement après, "ça suffit, Iris. C'est ta sœur". Vive le suspense !!! Je me demande bien à quoi vont bien servir les 410 pages suivantes du coup ! Bah, à plus grand chose à vrai dire, et c'est bien cela le problème !

Donc comment est-ce que c'est arrivé? Quel était le but de l'auteur ? Je ne comprends toujours pas !!
Bon, en gros, il y a eu la perte d'une mère, l'abandon d'une autre, et un père absent. Ce n'est pas une vie rêvée pour deux jeunes filles, qui se retrouvent un peu livrées à elles-même. De la maison autrefois magnifique et luxueuse, avec des domestiques, il ne reste aujourd'hui ni les fleurs, ni le bonheur, ni le luxe. Plus rien. Ne vous inquiétez pas, je ne vous ai pas spolié l'histoire vu qu'elle ne correspond pas à la 4ème de couverture.

Comprenez bien mon mécontentement et mon désarroi qu'en l'espace de 12 pages seulement, ce qui m'avait donné envie de lire ce roman est bâclé, gâché, relayé au second plan. Au lieu de cela, on suit plus de 400 pages bah... leur "aventure".

Eva a 12 ans et Iris 16 ans quand tout commence : violence, soumission etc...

"Un soir, en février, Iris m'a réveillée avec une paire de gifles. Iris n'était pas vraiment la sœur rêvée (mais je n'avais jamais rêvé d'avoir une sœur, juste un caniche [...]Elle m'a tirée du lit et traînée sur le plancher jusqu'à ce qu'elle arrive à dégager sa main."

Quant au père, on ne sait pas trop ce qu'il devient, et l'on reste sans nouvelles de lui, puisque tout est centré sur les deux jeunes filles et leur comportement. Et puis POUF, voilà qu'apparaissent des lettres en plein milieu de livre. Des lettres ? Mais de qui ? Et pourquoi en plein milieu de passage de livre ?Bah je ne saurai même pas vous répondre, d'autant que ces lettres n'ont parfois pas de rapport avec le texte. Elles nous permettent juste de connaître l'endroit où elles sont et leur ressenti. Cela aurait pu être original, mais j'ai trouvé cela au contraire étrange.

Le comportement des deux jeunes filles est totalement différent : Iris est imbue d'elle même, elle est égocentrique et prête à tout pour parvenir à ses fins (elle veut percer dans le cinéma) ; Eva, elle, est plus intellectuelle, mais cela ne l'empêche pas de devenir le sous-fifre de sa sœur. Cela est d'ailleurs fort agaçant, car le potentiel intellectuelle d'Eva est en contradiction avec sa passivité tout le long du roman. Bien sûr, et comme cela est fort prévisible, le comportement d'Iris va engendrer des problèmes. Mais ça je vous laisse le découvrir ^_^

Dans le dernier chapitre, après 7 ans sans avoir vu sa mère, Eva va la retrouver. Une rencontre, beaucoup de questions et d’incompréhension. Que va-t-il se passer? 


"Je pensais que je ne chercherais pas à revoir ma mère avant d'avoir l'âge de 40 ans. Je pensais que d'ici là ma colère serait retombée[...]Toujours est-il que j'avais deux ou trois choses à dire à Hazel."

Conclusion : Comme vous avez pu le lire, j'ai été fortement déçue par ce livre, avec ce sentiment d'avoir été un peu bernée par la 4ème de couverture, que je trouve par ailleurs attirante. On a l'impression que l'on va suivre l'histoire de deux demi-sœurs complices et soudées par un événement inattendu, mais ce n'est pas le cas, bien au contraire. Résultat : j'ai lutté dès le chapitre 2 pour terminer ce livre, parfois de toutes mes forces, tellement je n'étais pas intéressée par l'histoire et contrariée par la déception. De plus, certaines passages m'ont interpellé, notamment celui ci-dessus. Bon, d'accord, le contexte n'est pas le même qu'aujourd'hui, mais c'est quand même limite...

"Clara retouchait son maquillage[...]elle avait l'impression de se déguiser en négresse. Les sourcils sombre et arqués.[..]Son nez, qui lui posait un défi quand elle était blanche, était un réconfort. C'était un vrai nez de Noire. Et quand elle jouait les négresses, elle appliquait parfois un peu de fond de teint beige sur l'arête pour lui donner l'air plus  épaté[..] Clara s'avait que la race ne se résumait pas à un problème d'apparence, mais l'apparence en faisait partie"

Bon... c'est un personnage qui parle, dans le contexte de l'époque, je peux donc le concevoir.

Bref, ce livre n'était clairement pas fait pour moi, ce qui n'enlève rien à la qualité de l'écriture en général. Si vous l'avez vu, n’hésitez pas à me faire partager votre avis, je suis extrêmement curieuse.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire